Master of Univers

Forum de l'alliance Master of Univers
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tournoi de RP 2eme ROUND

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ukan
Floodawan


Masculin
Nombre de messages : 1596
Age : 30
Localisation : La Ville Aux 100 Clochets
Emploi : restaurateur
Date d'inscription : 08/10/2007
Points : 3758

MessageSujet: Tournoi de RP 2eme ROUND   Lun 16 Mar 2009 - 17:43

Pas de sujet précis pour ce second round il vous suffit de faire appel a vos méninges , le seul point important est que l'histoire générale doit se dérouler dans une époque lointaine ou un monde fantastique , donc pas d'armes a feu ou de truc technologique de plus le personnage central se doit d'être ....... un enfant.

Bonne chance chers Rpistes


Prière de ne pas polluer ce topic pour le moment tant que tous les rp n'ont pas était poster.



Edit de Thor : rajout du concourt en post-it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   Mer 18 Mar 2009 - 18:47

Ville Frontalière

Partie 1, Veins


Je m'appelle Kaias, j'ai sept ans et j'habite la ville frontalière de Veins depuis un mois. Mes parents sont venus habité ici pour trouver la fortune, car avec le danger des attaques des démons sur Veins, les salaires des gens assez courageux pour venir y vivre augmentent rapidement et le grand nombre de morts permets d'avoir des promotions rapides.

C'est en tout cas ce que m'a expliqué papa, dans la charrette qui nous conduisait ici. Moi, je suis heureux d'être venu, même si je suis déçu de ne pas avoir vu de démon. Papa m'a dit qu'ils avaient quatre bras, de grandes ailes noires et que leurs regards relèvent les morts pour qu'ils attaquent les humains. j'aimerais bien en voir un de près.

Quand je regarde Veins avec les nouveaux amis que je me suis fait, je suis fier. Fier d'être un habitant de cette grande cité, bâtie au milieu d'un désert, dont les murs ocre s'élèvent jusqu'au ciel. Quand je monte au sommet de la ville prés du château, je peut voir la cité entière. Le quartier des échoppes, toujours animé et rempli de couples heureux, toujours brillant de milles couleurs et laissant échapper autant d'odeurs délicieuses. Tout le contraire, du quartier des abattoirs et des tanneurs, ou l'odeur de la mort et de la charogne est omniprésente. Je n'aime pas ce quartier.

L'endroit ou mes amis et moi passons le plus de temps, c'est prés des casernes, au pied du château. Nous regardons les soldats s'entrainer pour leurs combats et parfois, ils nous laissent les imiter avec des armes en bois. Nous rêvons tous de devenir soldats de la garde frontalière et de nous battre contre les démons, sauf Metsu, il s'aventure souvent près de la tour des mages, seul, car nous n'osons pas l'accompagner, et il revient émerveillé, faisant danser des couleurs au dessus de ses mains ou provoquant de légères brises. Aucun de nous ne doute qu'il sera un jour un puissant magicien.

Mes autres amis, Dai et Natsu sont obsédés par leurs rêve d'entrer dans la garde. Dai veut manier la hache, ce qui irait bien avec son physique, puisqu'il doit être plus lourd que Metsu et Natsu réunit. Natsu, lui veut devenir épéiste, et il nous bat tous dans cette discipline. Avec une simple branche, il est capable de toucher chacun des points vitaux que nous inventons avant même que nous ne puissions éviter. Quand a moi, je veut devenir archer, même si je n'ai encore jamais eu le droit de tirer une flèche.

Dai et Natsu se moquent de moi, disant qu'avec mes cheveux rouges, je devrais plutôt devenir mage, ce a quoi Metsu répond que je n'ai aucun pouvoir magique. Quand ils fonts ça, je préfère les ignorer, moi aussi, j'ai mon rêve et j'y tient.


Partie 2 : "Cette bataille"

Comme d'habitude, ce soir là, nous étions là, Dai, Natsu et moi en train de regarder quelques soldats de la garde s'entrainer en attendant que Metsu revienne, espérant que le capitaine Spiegel accepterais de nous entrainer un peu, quand une cloche retentit soudain. Tout les soldats se précipitèrent au parapet qui séparait la colline sur laquelle se trouvait le terrain d'entrainement d'une chute de sur la ville. Nous accourûmes aussi, mais au milieu de tout ces soldats, ils nous étaient impossible de voir ce qu'il se passait. C'est alors que le capitaine Spiegel m'attrapa et me posa sur ses épaules en me disant ces mots

"Regarde, voici ce que tu attendais tant, et que nous redoutions tant"

Il pointa du doigt un défilé montagneux, au loin, et je vis, venant de là, le sol recouvert d'une armée noire de morts-vivants et le ciel recouvert d'un nuage tout aussi noir de démons. Le capitaine me reposa et ordonna aux soldats présent de se préparer a la bataille. Metsu nous rejoignit a ce moment, accompagné d'un mage en cape bleue. Metsu s'approcha de nous et nous dit :

" C'est Fenrir, un des plus puissant mage du pays ! Il contrôle les éléments!"

Comme pour appuyer ces mots, Fenrir commença a incanter lentement et a la fin, un éclair sortit de sa main et frappa le ciel, au dessus de l'armée démoniaque. Le ciel s'assombrit, et une forte pluie ainsi que des éclairs s'abattirent sur les démons, les obligeant a se poser au milieu de leurs troupes damnées. Le mage ricana d'un air satisfait et repartit d'où il venait.

Profitant du chaos ambiant, nous décidâmes sur une idée de Metsu, qui avait pris chez les mage des catalyseurs magiques, de voler des armes dans le dépôt pour pouvoir lutter comme les soldats. Aussitôt dit, aussitôt fait, je me retrouvais avec un arc miniature trop grand pour moi, Dai avec une hachette a bois qu'il peinait a soulever et Natsu, une rapière qu'il devait utiliser a deux mains.

Qui sait, peut être qu'avec cet équipement, nous pourrions sauver le capitaine Spiegel quand il serait en danger, et ainsi, nous deviendrions des héros pour la ville ! Nous nous cachâmes donc derrière les casernes au lieu de nous rendre au château. Nous nous amusions a regarder l'organisation de notre armée en attendant que l'ennemi arrive.
Les soldats se mettaient en place tout en bas, sur les murailles pour repousser les morts-vivants. Je fus impressionné par les chevaucheurs de fourmis, qui allaient combattre les morts-vivants a l'extérieur des murs de la ville montés sur leurs créatures chitineuses de plus de six mètres de longs.

De notre coté, sur la colline, la défense du château s'organisait contre les démons volants, pour qui les murailles n'avait pas d'importance et qui allait sans aucuns doute viser le gouverneur. L'unité du capitaine Spiegel défendait la colline a l'extérieur du château, ce qui nous arrangeait, car on nous aurais envoyer dans les abris si nous étions entrer a l'intérieur. Ici, nous avions la possibilité de nous battre pour lui sans que personne ne nous gênes !

Finalement, la bataille commença! Les portes s'ouvrir, déversant les chevaucheurs de fourmis sur les hordes morts-vivantes, tandis que les démons survolaient la ville, s'abattant sur les soldats sur les murailles et se dirigeant rapidement vers le château.
Soudain, des nuées de flèches, de javelot, de boules de feu ou de foudres partirent des soldats et des mages, éclaircissant les vols de démons. Nombreux sont ceux qui, passant a travers les attaques des soldats, s'abattirent sur les défenseurs. Mais ils ne purent passer le bouclier magique mis en place par le grand Fenrir.

Nous regardions tout ça, émerveillés, quand les démons changèrent de stratégie. Il se rassemblèrent dans le ciel, assez haut pour évité la plupart des attaques, et commencèrent une incantation. Dans l'impossibilité des les arrêter,les soldats ne purent que regarder les démons terminer leur sort.

Les démons s'arrêtèrent et soudain, le bouclier magique éclata et Fenrir fut projeter a terre, saignant des yeux, du nez et de la bouche et des oreilles.

C'est alors que le chaos commença, les démons tombèrent sur l'armée, engageant un combat au corps a corps, obligeant les soldats a reculer, de plus en plus prés de nous. Voyant que la colline étaient perdue, un général sonna la retraite. Ne pouvant sortir de notre cachette, paralysés par la peur des démons, nous étions seuls alors que l'armée était en sécurité.

Prenant mon courage et mon arc a deux mains, je secouais, mes amis. Nous devions partir ou mourir ! Nous avançâmes donc, dans l'ombre des casernes survolés de monstres, en direction du château.
Pour arriver au château, nous devions courir une centaine de mètres a découvert, et hélas, pendant que nous nous hâtions sur nos courtes jambes, le pire se produisit. Un démon nous repéra et se laissa tomber prés de nous.

Noir, avec des yeux rouges, ses quatre bras se terminaient de serres pointue. Il avança vers nous, souriant de ses quatre rangées de dents. Je tentais de lui tirer une flèche , mais ne réussis qu'a la planter dans l'herbe devant moi. La chose ricana quand Metsu lui envoya une boule de feu. Il attrapa Dai et Natsu tandis qu'ils essayaient de le découper et les amena vers sa bouche.

Soudain, il lâcha mes deux amis et bondit sur le coté, les deux ailes percées de flèches.
Derrière lui apparut le capitaine Spiegel. Il jeta son arc et empoigna son épée quand le démon se jeta sur lui. Les deux combattant s'échangèrent maintes coups et mes amis en profitèrent pour se mettre a l'abri, dans le château. Moi, je restais là, paralyser , forcer de regarder le combat de mon héros.

Le capitaine semblait en position de force quand le démon lui cracha des flammes au visage, et en profita pour enfoncer ses serres dans le ventre du capitaine. Il tomba, serrant toujours son épée.
Le démon s'accroupit pour l'achever.
Pleurant toutes les larmes de mon corps je me jetais sur son dos, deux flèches dans les mains et je lui les plantais dans le dos. Il me jeta par terre avec un hurlement et se tourna vers moi, quand l'épée du capitaine le décapita.
Après ce geste, il retomba, son ventre n'était plus qu'une plaie béante, au delà de toutes chances de guérison.
"Souvient toi de cette bataille" me dit-il " souvient toi, et prend mon épée, vous , enfants êtes l'avenir de notre pays... Prend mon épée et poursuit la tâche.. que je n'ai pas achevée... je suis... fier de t'avoir... protégé.."

Ainsi, par notre faute, mourût le héros que nous avions tant voulut protéger. Mais nous avons fait en sorte que sont sacrifice ne soit pas vain!
Aujourd'hui, dans le royaume, plus personne n'a à craindre les démons, car il est dit que 4 héros partirent, plusieurs années après cette bataille, affronter le roi des démons dans les entrailles même de l'enfer.
Un mage dont la puissance faisait trembler la terre, un géant dont la hache découpait les montagnes, un bretteur se mouvant a la vitesse de la foudre et un combattant, maniant l'épée comme l'arc.
Revenir en haut Aller en bas
Thor le Magnifique
Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10025
Age : 28
Localisation : Everywhere
Emploi : Dieu en vacances
Date d'inscription : 27/07/2007
Points : 5715

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   Ven 20 Mar 2009 - 17:29

Chapitre Premier : Une légende

500 ans avant le grand avènement, le monde était sous le joug d'un empereur cruel et mesquin. Ce dernier avait réussit à conquérir la planète entière par ses technique de guerre novatrice et sa politique rusée. Cependant, ces guerres longues et couteuses ensanglantèrent la terre, partout le monde pleurait ses enfants. On estime que, durant cette période sombre de notre histoire, la moitié de la population de notre planète disparut au combat. Mais l'empereur, aussi cruelle soit-il était aussi un sage, il réussit donc à considérablement améliorer la vie de son peuple, mettant fin aux famines et aux maladies. Son empire resplendissait tandis que ses sujet le haïssait. L'esprit guerrier comme il aimait être appelé dans sa légende qu'il faisait rédiger, était aussi un mystique, il croyait aux pouvoirs des esprits et ont dit de lui qu'il devait toutes ses victoires à l'aide des esprits locaux qu'il réussit à soudoyer ou capturer.

Un jour, une vieille femme aux vêtements crasseux, au visage meurtrie par le temps et à l'odeur pestilentielle se présenta devant l'immense palais de l'empereur. Cette dernière affirmait être une prophétesse envoyait par le grand esprit de la terre pour livrer une prophétie à l'empereur. Les gardes hésitèrent et finirent par battre la vieille la prenant pour une mendiante venue quérir les faveurs de l'homme le plus puissant du monde. Mais l'empereur non loin de là assista à la scène, il exécuta les deux gardes impériaux sur le champs et fit entrer la vieille. On ne s'en prend pas au messager des esprits !L'empereur fît donner à la prophétesse un lit pour la nuit pour qu'elle puisse se reposer … et se laver par dessus tout.
Le lendemain, la vieille eût une audience avec l'esprit guerrier et lui livra la prophétie que l'esprit de la terre lui avait envoyé.

« Une jeune filles d'un beauté exceptionnelle viendra au monde dans une province éloignée. L'esprit de la terre lui apprendra la maitrise des éléments, des moines lui apprendrons la philosophie et la médecine et un général lui apprendra l'art de la guerre. A l'age de 13 ans, l'enfant aura finit son apprentissage et se montrera au monde. Elle unifiera les peuples jadis opprimés. Elle sera à la tête d'une armée comme la terre n'en à jamais portés pour défier l'esprit guerrier et le soumettre au jugements des esprits de la nature. »

L'empereur, face à une telle prophétie fût désemparé, il se cachât dès lors au fin fond de son palais, interdisant à quiconque de l'approcher. Il durcit ses lois et obligeât chaque mâle de 12 ans de chaque famille à être enrôle de force dans l'armée impériale. Il fit quadrupler sa garde et fit quérir les plus grand mystique de la terre pour qu'ils trouvent un moyen de mettre l'esprit de la terre hors d'état de nuire. Mais, pendant ce temps là, dans une province éloignée …

Chapitre second : un destin en marche

Il faisait nuit et froid, la foret était étonnamment calme. Aucun bruit, aucun mouvement, comme si tout les animaux s'étaient figés dans la nuit. Soudain, un hurlement déchira le silence, puis un seconde et un troisième … Sur un abricotié de chine plusieurs fois centenaire, un bébé venait au monde. Une des branches de l'arbre arborait une fleur gigantesque refermée sur elle même. Les cris venaient précisément de cette fleure et lorsqu'elle s'ouvrit enfin pour laisser voir son précieux trésor des animaux ressemblant à des ours virent recueillir le nouveau né.

Ces derniers étaient petit, blanc et tacheté de noir, ils étaient très joueurs et étaient respecté par les populations locales. Durant les premiers mois de la vie de l'enfant, ils la nourrirent, lui apprirent à grimper aux arbres et à toujours prendre le temps de se prélasser au soleil. A l'age d'1 ans, le bébé fut recueillit par des moines taoïste qui avaient suivie une vision d'un des leur. Il adoptèrent la fillette et la conduisirent dans leur temple sur les pentes abruptes d'une montagne. Ils l'élevèrent du mieux qu'ils purent. Ils lui apprirent à lire, à écrire et ainsi qu'il était dit dans la prophétie, il lui apprirent aussi leur philosophie ainsi que la médecine.

La jeune fille, avec ses cheveux soyeux, son regard espiègle et son sourire coquin fit bientôt tourner la tête de plusieurs moines alors qu'elle n'était agé que de 7 ans. Les moines décidèrent alors de chasser l'enfant de leur temple. La jeune fille n'eût qu'une réaction qui sidéra les moines : elle se tourna face à eux, leur adressa un sourire et dis :

merci pour votre enseignement, je tacherais d'en être digne et ne vous inquiétez pas pour moi, j'ai fait un rêve hier soir et d'après ce que j'ai pu entre voir, tout devrait bien se passer.


[la suite plus tard, j'ai vraiment envie de développé ce RP, donc la suite la semaine prochaine]

en exclu le début du prochain chapitre ^^

Chapitre trois : Une rencontre inattendue

Le futur du monde libre se retrouvait donc seule sur une vieille route de montagne menant à un petit village. Cependant, la jeune fille, poussée par une intuition, décida de gravir encore plus haut la montagne. Après plusieurs heures de marche, la jeune fille arriva dans une grotte. Elle s'y installa pour la nuit.

En plein milieu de la nuit elle fût réveillé par une cri terrible, celui d'un animal qu'elle n'avait jamais entendu. Son cœur battait la chamade. Elle regardait partout autour d'elle et vis à l'extérieur de la grotte une silhouette. Un homme. Non, une bête ! Une bête ressemblant à un homme, se tenant debout avec deux bras et deux jambe. La chose atteignait les deux mètres de haut et tenait une immense massue dans la main droite.

_________________




Dernière édition par Thor le Magnifique le Sam 21 Mar 2009 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
goozer
Dieu du flood
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8001
Age : 261
Localisation : dans l'ombre
Emploi : Bagnard
Date d'inscription : 18/08/2007
Points : 10947

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   Sam 21 Mar 2009 - 14:36

Je suis Jehan et je vais vous conter mon histoire. Tout d'abord ce que vous devez savoir, c'est qu'avant, lorsque je sortais la nuit, c'était avec plaisir et avec mes amis.

Nous habitons tous trois dans un petit village proche d'un prieuré. Nous sommes séparés du château par une grande forêts de feuillus. Et une légende raconte que des moines sans tête errent non loin du souterrain secret reliant le prieuré au donjon du château. En effet il y a une centaine d'années, quand les Anglais nous avaient envahies, après plusieurs jours de combats, les moines avaient été fait prisonniers alors qu'ils tentaient de rejoindre le château par la galerie. Ils avaient alors tous été décapités par ces félons de protestants. Et contrairement à bon nombre d'enfants du village cette histoire ne nous faisait pas peur, elle nous fascinait.

Dès que nous le pouvions et dès que notre labeur était fini aux champs, nous partions au cœur de la forêt, les nuits ou la lune pouvait éclairer nos pas, en espérant apercevoir les fantômes des moines sans tête. Comme à chaque fois nous rentrions à l'aube, déçus de n'avoir rien vu.

Mais ce matin d'automne une étrangeté nous exalta. Tout en haut d'un très grand chêne, se trouvait une jarre, accrochée sur une branche par son anse. Qui diable avait bien pu mettre un si gros pot aussi haut perché. Mais surtout comment avait-on fait pour la suspendre au bout de cette longue branche qui n'aurait même pas supportée le poids d'un adolescent ? Notre imagination allait bon train, un trésor, des reliques, l'or des moines exécutés ? Il nous fallait absolument récupérer cette jarre, mais nous ne savions comment. Hermance était excellent grimpeur mais jamais il n'atteindrait le bout de cette branche. Et mortelle aurait été sa chute s'il avait échappé une branche. Clovis avait quand à lui essayé avec son lance pierre de casser ou de faire tomber le gros pichet. Après de nombreux essais infructueux nous décidâmes de revenir avec l'arc que je marauderais à mon père.

Le soir même nous étions de retour au pied de l'arbre. Piètres tireurs que nous étions, nombre de flèches avaient manqué leur cibles. Lors de nos derniers essais, j'envisageais de me mettre quasiment à l'aplomb de notre futur butin. Avec la plus grande force je bandais l'arc de mon père et décochais une flèche des plus puissante qui fît exploser la jarre.

Ce fut la plus terrible erreur de ma vie. A l'intérieur de la jarre subsistait un liquide tel que l'acide. Je me retrouvait littéralement entrain de fondre et de fumer, mes vêtements avaient disparus en un éclair, et mes deux amis portent encore sur leurs mains les cicatrices de mes brulures durant le long chemin sur lequel ils m'ont traîné jusqu'à une marre pour me sauver d'une mort qui m'aurait peut-être mieux value.

C'est plus que mon histoire, c'est ma triste vie. Maintenant je ne sors que la nuit, seul et sans aucun plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dark Gurdil
Floodawan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1379
Age : 27
Localisation : Dans une petite ville possédant une équipe de Handball en Division Une...
Emploi : Etudiant...
Date d'inscription : 08/02/2009
Points : 4312

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   Sam 21 Mar 2009 - 14:53

Rébellion, purification et endoctrinement,
ou comment faire un Rp non-constructif et sans intérêt en quelques lignes.


Finin, simple paysan, était en train de réparer le toit de sa chaumière, endommagé par le passage de la tornade qui avait dévastée toute la région il y a quelques jours, quand le guetteur sonna du cor pour annoncer l’arrivée de visiteurs du Royaume. Tous cessèrent leurs activités et se rassemblèrent sur la Grande Place, les hommes agenouillés face contre terre d’un côté, les femmes et leurs enfants à genoux de l’autre. Et au centre, une dizaine d’homme au garde-à-vous, vêtus de plastrons et de calottes de cuir, armés de glaives ou d’arc…

Des cavaliers entrèrent au galop dans le village, amenant avec eux un énorme nuage de poussière. Ils firent le tour de la place à grande vitesse, répandant cris de frayeur chez les enfants, toussotements et pleurs chez les plus vieux. Puis ils revinrent vers la porte principale et formèrent une haie d’honneur de part et d’autre de celle-ci.

Une vingtaine de chariots accompagnés par une poignée de cavaliers firent leur entrée dans le village. Les chariots allèrent s’arrêter à l’écart, dans un endroit où ils ne gêneraient personne, tandis que l’ensemble des cavaliers se dirigeaient vers les hommes au centre de la place, qui composaient la milice du village. Les nouveaux venus étaient tous des soldats de métier, aux armures frappés du blason du Royaume et aux visages marqués par les nombreuses années de service, sauf deux personnes. Deux personnes, une de grande taille et l’autre bien plus petite, vêtues d’un long manteau noir parsemé de lignes rouges et dont le visage disparaissait dans l’ombre de leur capuchon. Deux personnes qui, malgré leur frêle stature, étaient la plus grande crainte des villageois et des soldats. Les terribles Prêtres-Sorciers du Royaume, connus, redoutés, craint et haïs de tous –sauf du Roi-, même en dehors des limites du Royaume.

Des hommes –car aucune femme n’était admises dans leur rangs- à la cruauté sans limite et au désir de tuer omniprésent. Une rumeur racontait que les lignes rouges sur leurs manteaux étaient faîtes du sang séché des gens qu’ils ont tués de leurs propres mains, et que chaque motif correspondait à un nombre de morts. Les deux Prêtres s’avancèrent vers le chef de la milice.
« Tu mèneras cette affaire mon cher Apprenti, fit le plus grand des deux.
-Merci Maître, répondit une voix juvénile pleine d’intonations peu courantes dans la bouche d’un enfant aussi jeune. Ai-je le droit d’employer toutes les méthodes pour y arriver ?
-Oui, bien sûr. Tu agis au nom du Roi, et tu dispose de tous les pouvoirs qui m’ont été confiés pour cette mission. »

Bien que son visage ne fût pas visible, le Maître sentit que son élève souriait, heureux de pouvoir accomplir seul et sans restriction sa mission. Ils s’arrêtèrent devant un homme de grande taille, bien bâti, au crâne rasé et portant une longue épée dans son dos. Malgré cela, il transpirait de peur face aux deux religieux, et son corps tremblait légèrement, signe qu’il savait de quoi était capable ces fanatiques. « Un ancien soldat », se dit l’Apprenti avec un léger rictus.

Après les politesses d’usage, le chef de la milice se redressa et regarda pour la première fois ses interlocuteurs dans les yeux…
« Bienvenue dans notre humble village, mes Seigneurs. Que nous vaut la visite de deux éminents représentants de notre toute puissante Eglise ?
-Nous sommes là pour faire appliquer le nouveau décret royal », déclara l’Apprenti en faisant tomber son capuchon.
Il ne devait pas avoir plus de onze ans mais son visage était déjà marqué par le Mal. Scarifications et blessures suite à l’utilisation de sa sombre Magie constellaient déjà sa peau et ses yeux brillaient de démence. Le chef de la milice recula de quelques pas devant cette vision hérétique de l’enfance : il avait déjà vu des Prêtres ainsi, mais jamais à cet âge… Ce petit devait être extrêmement doué pour être dans cet état avancé si jeune…

L’Apprenti, fier de son petit effet, sortit un rouleau de parchemin de sa poche, le déplia et se mit à le lire.
« En ce troisième jour du quatrième mois de l’année 1394, notre glorieux et invincible Roi a décrété la mobilisation générale de tous les homes valides en âge de porter les armes et de la Milice de Sa glorieuse Majesté. Le rassemblement se fera dans la ville-garnison la plus proche et devra être effectué dès réception de cette missive. A aussi été ordonné que la dîme soit triplée et que la part des récoltes revenant au Royaume soit triplée, et ce pour les trois années à venir. »

Cette dernière annonce causa un grand remous au sein des habitants du village, un remous que le chef de la milice fut forcé d’expliquer.
« C’est qu’une grande tornade a traversé nos champs il y a quelques jours, et a ravagé une grande partie des cultures, Seigneur. Et après avoir payé la dîme et la part au Royaume, il ne nous aurait pas resté grand-chose pour passer l’hiver…
-Et alors ? Qu’est-ce-que cela peut me faire, tu peux me le dire ?, demanda l’Apprenti.
-Et bien Seigneur, nous…
-Vous allez vous soumettre à ma parole !, coupa l’Apprenti en se mettant à tonner de sa petite voix. Nous sommes les représentants de sa Divine Altesse et les prêcheurs de Sa parole. Qui es-tu, pauvre bouseux, pour discuter les ordres de Sa Majesté ? Personne ! Tu n’es PERSONNE !, hurla l’Apprenti, au bord de l’hystérie. Alors que tes récoltes aient été détruites par une tornade je n’en ai rien à faire, cela ne me concerne pas, moi je pourrai manger à ma faim. Ceux qui sont mobilisés auront de quoi se nourrir et les autres se débrouilleront, et s’ils ne trouvent pas le moyen de se sustenter, ils mourront : le Royaume n’a que faire des incapables. As-tu compris ?
-Oui, Seigneur, nous ferons tout ce que vous nous direz », fit le chef de la milice en se jetant au sol et tremblant comme une feuille.

Le spectacle pitoyable se tramant devant l’Apprenti lui donna la nausée, et réveilla une envie irascible de tuer. Levant la main en direction de l’homme prosterné devant lui, il prononça quelques paroles dans une langue gutturale. Un faisceau de lumière rouge quitta sa main et alla envelopper l’homme qui se mit à hurler. La sphère s’éleva dans les airs en infligeant toujours des souffrances indicibles à son occupant. Puis, étant arrivée à trois mètres environ du sol, elle explosa, projetant sang, os et tissus sur tous les gens aux alentours, qui hurlèrent de frayeur autant que de surprise.

Dégoûté par ces gens, l’Apprenti mit pied à terre et matérialisa son arme, un grand sabre noir marqué de Runes rouges. Alors que les miliciens étaient toujours agenouillés, il décapita deux d’entre eux d’un large mouvement, avant de carboniser les autres d’un Sort. Se tournant alors vers la population rassemblée, il projeta un éclair dans la masse des hommes avant de se diriger vers les femmes et enfants. Ceux-ci se mirent à courir en criant, essayant de fuir la colère, les Sorts meurtriers et la lame de l’Apprenti.
Rien n’y fit, il poursuivit chaque Humain, les abattant sans remords, éclatant d’un rire dément lorsque la mort était particulièrement douloureuse ou sanguinaire. Il abattait des mères dans le dos avant de projeter leurs enfants dans les airs et de les tuer d’une boule de feu ou d’un mouvement de sabre, quand il ne matérialisait pas une lance sur laquelle venaient s’empaler les pauvres victimes.
Voyant quel serait leur sort, les hommes s’attaquèrent à l’Apprenti, aux cavaliers ou tentèrent de s’enfuir. Armés de leurs poings et de leur courage défaillant, ils furent tous massacrés sur place, dans d’atroces souffrances, les cavaliers comme l’Apprenti aimant bien faire souffrir leurs victimes avant de les tuer.


Une fois que le massacre fut terminé, les soldats pillèrent maisons et granges, détruisant les habitations et constructions en y mettant le feu. Une fois que toutes les richesses furent rassemblées sur la Grande Place, les chariots furent chargés et ils prirent le chemin du retour, escortés par les cavaliers.
Le Maître resta encore quelques temps, souhaitant discuter en privé avec son Apprenti, qui dessinait de nouveaux motifs sur son manteau.
« Une affaire menée de manière… intéressante mon cher Apprenti. Pourquoi as-tu massacré ces pauvres hères ?
-Ils me faisaient pitié Maître. Ils étaient là à se plaindre, plutôt que d’obéir aux ordres que je leur avais donnés. De toute façon, ceux qui seraient restés seraient morts de faim et les autres seraient sûrement morts au combat, alors j’ai évité au Royaume des dépenses inutiles.
-Tu crois avoir rendu service à qui que ce soit ? (Le Maître eut un petit sourire) Mon très jeune Apprenti, tu apprendras que l’être humain peut se révéler très débrouillard quand sa survie en dépend : les gens ne seraient pas morts de faim, ils auraient trouvé un moyen de survivre. Tous n’auraient peut-être pas passé l’hiver, je te l’accorde mais ce village aurait continué à exister. Et puis, en massacrant les hommes, tu viens de priver le Royaume d’un certain nombre de ses soldats. Très peu bien sûr, mais imagine ce qui se passerai si tout le monde se mettait à massacrer un village parce qu’il se plaint ? Nos armées diminueraient de manière considérable, nous rendant vulnérable. Ce que je veux que tu comprennes aujourd’hui, c’est que la mort n’est pas toujours la bonne solution avec les paysans, qui ne sont que des minables geignards et toujours mécontents de leur sort. Il aurait suffit que tu exécute une ou deux personnes pour les effrayer et les soumettre à ta volonté. Ainsi nous aurions pu faire appliquer le décret du Roi.
-SI j’ai mal agit en commettant cet acte, pourquoi ne m’avez-vous pas arrêté Maître ?
-Parce qu’une bonne leçon est utile de temps en temps. Les paysans ont tendance à se croire au-dessus de leur réelle condition, et un bon exemple calme les esprits et les remet à leur place pour un temps. La nouvelle de l’exécution de tout un village parce qu’il refusait de se soumettre au décret va circuler rapidement dans le Royaume, et nous ne devrions plus rencontrer de problème de ce genre. Et puis cela consiste un rituel dans l’éducation de tout Apprenti, nous sommes tous passés par là, sans exception. Tout acte dans la vie a sa part de justesse et de faute, ne l’oublie jamais.
-Oui Maître, fit l’Apprenti, en assimilant la leçon que venait de lui donner son mentor.
-Rentrons. De la paperasse nous attend, c’est l’inconvénient de ce genre d’acte. (Les deux cavaliers quittèrent le village, laissant derrière eux un vrai charnier) En tout cas, je suis fier de toi mon Apprenti, tu as bien appris tes leçons sur le maniement des Sorts de combat, tu maîtrise un grand nombre d’énergies mortelles. Je t’enseignerai prochainement l’utilisation d’énergies encore plus destructrices que celles que tu connais actuellement… »

Alors que les deux Prêtres s’éloignaient du village, celui-ci se mit à trembler et une gigantesque colonne de flamme s’éleva dans les airs, carbonisant tout ce qui se trouvait sur son passage, effaçant toutes les traces de la présence Humaine dans ce coin, ne laissant d’un gigantesque cercle de terre brûlée comme témoin de la présence d’une vie ici…


Dernière édition par Dark Gurdil le Dim 22 Mar 2009 - 18:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
klem38
FloodMan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3759
Age : 24
Localisation : Grenoble
Emploi : Panda retraité, banane à mi-temps
Date d'inscription : 17/10/2007
Points : 5341

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   Sam 21 Mar 2009 - 22:57

L'armée d'enfants
L’hiver venait de finir
Mais le printemps serait pire
Les réserves étaient vidées
Le village monta une armée.

Nous pillions les alentours
Les hameaux et les faux-bourgs
Mais dans nos rangs il y avait
De nombreux enfants enrôlés.

Je fais parmi de ces derniers
Et nous avons massacrés
De nombreux soldats et paysans
Égorgés dans leurs maisons ou dans les champs.

Puis nous sommes tombés sur une armée
Bien mieux équipés et plus puissant
Beaucoup d’entre nous y sont passés
Je me suis caché avec les survivants.

Durant plusieurs jours on nous a chassé
Dans une grotte nous nous sommes cachés
Ils nous ont trouvé et massacrés
Maintenant, je repose en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tournoi de RP 2eme ROUND   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tournoi de RP 2eme ROUND
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TOURNOI DE GEMMOLOGIE
» comment intégrer les 2eme paires?
» qui a terminé le match aprés le 2eme but de l'egypte
» Les Twist (Round the Twist)
» 2eme stage hyper bordélique !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master of Univers :: Role Play et littératures-
Sauter vers: