Master of Univers

Forum de l'alliance Master of Univers
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tournoi de RP 4ème round

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Heart
Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11411
Age : 25
Localisation : si tu savais...
Emploi : étudiant
Date d'inscription : 08/08/2007
Points : 8942

MessageSujet: Tournoi de RP 4ème round   Lun 4 Mai 2009 - 20:21

voici le nouveau sujet :

"vous êtes un explorateur débarqué dans une contrer inconnue et peu rassurante..."

Décrivez vote environnement, et une possible rencontre (ou pas)


contrainte : placer les mots "poïkilotherme" et "lophophore"

(si si sa existe Wink )

bonne chance Wink

Edit de Thor : je met en post-it et je corrige le titre Razz

_________________



Fondateur DMU
Gérant MU


‎"Restarting my Mac just to boot into Windows for playing is bothersome, and going from MacOS X to Windows is like going out of your warm, comfortable bed into your cold room just to go to the toilet at night."
Revenir en haut Aller en bas
http://masterofunivers.nightforum.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Ven 8 Mai 2009 - 18:58

Je n'ai pas pu résister à écrire un autre petit RP hors concours pour ce 4ème round... même si j'avoue avoir eu du mal avec les fameux mots...

et pour l'explorateur ça sera une exploratrice.... ça m'inspirait mieux !


ERREUR D'AIGUILLAGE....


La nuit commençait à tomber et la forêt s'épaississait. Pour couronner le tout, j'avais de plus en plus de mal à suivre le sentier et la batterie de ma lampe montrait des signes de faiblesse. Bon sang mais quelle idée avais-je donc eu de vouloir prouver qu'une femme pouvait traverser une partie de la forêt amazonienne avec pour seul équipement un sac à dos et des bonnes chaussures ! (pas si bonnes d'ailleurs car l'une d'elle avait plusieurs points d'entrée d'eau et j'en faisais encore les frais avec mon pied gauche complètement trempé...)

Sur la carte pourtant ça n'avait pas l'air si terrible ! Mais c'était sans compter toutes ces lianes et ces horribles bestioles volantes et rampantes qui surgissaient à tout moment sans crier gare. Rien qu'en y pensant un frisson me parcouru le dos. Mon Dieu que les jolis petits écureuils et les faisans Lophophores de la forêt de Bonnevaux me manquaient... Ici les animaux étaient tout sauf mignons et à tout moment on pouvait se retrouver nez à nez avec un impitoyable prédateur ou encore un de ces reptiles poïkilothermes. Heureusement j'avais pensé à m'armer d'un pistolet à tranquillisants emprunté à un ami travaillant au zoo (mais je n'était vraiment pas convaincue d'avoir le temps de m'en servir en cas d'attaque !). Ils sont bien rigolos dans leurs livres de biologie avec la chaîne alimentaire et patati et patata mais quand on se retrouve avec le statut de proie c'est tout de suite bien moins réjouissant.

Jetant un nouveau coup d'oeil sur mon plan j'essayais de trouver un repère quand j'entendis des murmures et des craquements étranges devant moi. Il y avait aussi une lueur qui éclairait le ciel au loin. J'aurais volontiers fait demi tour mais malheureusement, si je voulais avoir une chance de pouvoir retrouver mon lit douillet au plus vite, il fallait que je continue à suivre le sentier... Ne voulant pas prendre de risque je décidais toutefois d'évaluer la situation vue d'en haut. Accrochant mon sac à dos sur une branche basse je commençais donc mon ascension. Arrivée à mi-hauteur j'avais un point de vue dégagé sur une clairière.

- Oh bon sang ! Mais qu'est ce que c'est que ça ???
Ce que j'avais sous les yeux dépassait de loin tout ce que j'avais pu voir ou même lire.

Au beau milieu de la forêt trônait un objet étrange. Tout autour des hommes et des femmes vêtus de tuniques rouge feu étaient réunis pour pratiquer une sorte de rituel. Je n'en croyais pas mes yeux. ! C'est alors que des créatures armées sont arrivées en trainant un enfant derrière eux. Il était ligoté et bâillonné et je pouvais aisément deviner que ce qui l'attendais n'était pas très réjouissant. Je ne pouvais vraiment pas laisser faire ça.

Je décidais donc de descendre de mon arbre et d'aller évaluer la situation d'un peu plus près. Serrant fort mon pistolet tranquillisant dans une main et mon canif dans l'autre je me préparais à donner l'assaut....

Cliquer ci-dessous pour lire la fin...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
goozer
Dieu du flood
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8001
Age : 261
Localisation : dans l'ombre
Emploi : Bagnard
Date d'inscription : 18/08/2007
Points : 10947

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Mer 13 Mai 2009 - 22:29

Le tout, cette fois, était de savoir le quel d'entre nous n'allait pas vomir en regardant le vieux Doc faire ses expériences dégueulasses. Cette fois il avait décidé de nous emmener dans les fonds marins, dans son Vb amphibien. Nous allions découvrir un animal poïkilotherme, qu'il disait... Et mon cul "était-ce un poïkilotherme" pensais-je ? Après de longues minutes interminables de trajet sous-marins, nous étions enfin sur le lieu choisi par notre bon vieux Doc. A peine étions nous sortis de notre léthargie commune que nous découvrions un monde marins inconnus et étrange à la fois... Des millions d'êtres tous plus poilus que Thor, ce qui fascinait d'ailleurs Le-shoot. Nous fîmes tous rappeler à notre triste sort lorsque Doc commença sont exposé sur la première partie d'une sorte de pieuvre : LE LOPHOPHORE... Pour résumé et pour faire court, les grandes lignes de son discours pourraient-être résumée par blablablablablablablablablablablablablabla.... Kron me claqua l'épaule pour que je regarde vers le hublot arrière droit. "Dark Gurdill qui colle ses mickeys sur le hublot, t'as rien d'autre à me montrer ?" lui dis-je. "Mais non spice di klem" répondit-il "dehors !!!"




Et là, le seul mot qui me vint à l'esprit fut : Gné ?

Une masse énorme, d'une noirceur infinie aspirait tout sur son passage... Toute vis semblait aspirée, comme dans un trou noir (toute ressemblance avec une partie anatomique résultante d'une chaude soirée avec Cortes serait tout à fait fortuite hein Le-shoot !)

Après quelques secondes on ne voyait plus rien d'autre que cette forme noire, ce fut la panique la plus totale : Des cris, des hurlements, des tentatives inouïes de prier tous les dieux existants de Jupiter à Microsoft !!! Le Doc avait cessé de déblatérer ces conneries, quand à moi j'ouvrais ma bonne vielle bouteille de sky en pensant qu'elle serait certainement la dernière. Gurdillou frottait sa langue avec frénésie sur le hublot afin de ramener toute sa petite famille. Banjo vomissait le yop qu'il avait taxé à klem et Cortes c'était mis en mv.

Mais une fois le vaisseau submergé totalement, il ne se passa RIEN, QUE DALLE NADA!! Même pas un pouet ni un boom... Rien, alors nous sommes rentrés tous couverts de hontes de ces moments que nous pensions être les derniers. Mais moi GOOZER j'étais là, et jusqu'à ma mort je narrerais ces instants que toute la galaxie ne voudrait jamais vivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
klem38
FloodMan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3759
Age : 24
Localisation : Grenoble
Emploi : Panda retraité, banane à mi-temps
Date d'inscription : 17/10/2007
Points : 5341

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Dim 17 Mai 2009 - 13:33

Voila quelques jours que mon croiseur s'est écrasé dans ce monde, et j'étais le seul survivant.
C'était un monde possédant une végétation luxuriante, des arbres grimpant haut dans le ciel, avec leurs cimes au dessus des nuages. Je n'avais remarqué aucune forme de vie, et pourtant, je me sentais observé. Je m'imaginais les habitant que la planète pouvait avoir, peut être avaient t'ils des plumes comme des autruches ou des lophophores, ou un épais cuir leur servant de peau et d'armure.
Je pris mon revolaser, les quelques provisions que mon vaisseau comprenait, et je partis en exploration, recherchant un village où je pourrais prévenir le général pour qu'il envoie du secours . . .


. . . J'ai commencé à marcher il y a déjà plusieurs heures, et je ne voyais toujours pas de villages ou d'êtres vivant, mais je me sentais observé, plus j'avançais et plus je me sentais vu par des paires d'yeux de plus en plus nombreux; mes premieres idées d'oiseaux ou de reptiles poïkilotherme habitant cette planète avaient été remplacé par celle d'une créature bien plus dangereuse, carnivore, et qui guettait sa cible depuis qu'elle l'avait trouvé. J'accelerai donc, à la pensée de cette bête prête à me sauter dessus, et je ressentais l'accelération de ceux qui m'observaient discretement.


Ne regardant plus ou je me dirigeai, je chutai à cause d'une branche, ce qui me cassa la cheville. Je m'aperçus que j'avais perdu mon revolaser pendant la course et que j'étais foutu. Prêt à mourrir, je vu apparaitre un petit homme velu, pas plus grand qu'un lapin et qui marchait sur ses pieds; puis d'autres apparures, ils étaient des centaines à m'observer derriere leurs poils, alors que ma cheville me faisait horriblement souffrir. Quelques minutes plus tard, un être un peu plus grand qu'eux, avec les poils plus longs mais peigné, arriva avec un lance à la main. Il fit quelques incantations rituelles et m'envoya la lance entre les yeux ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Mer 20 Mai 2009 - 1:59

Sur un chemin sombre, je suis partit cette année.
A la recherche de l'aventure et de la gloire.
Des compagnons j'ai rencontré, au plus profond du noir.
Ensemble Vers l'océan nous nous sommes dirigés

Dans cette Odyssée, longtemps nous avons vogué.
Croisant les Sirènes qu'Ulysse entendit
Et Polyphéme le borgne, De chez qui il s'enfuit.
Mais alors que notre périple s'achevait, cette bête nous avons croisé.

Le Kraken, géant, des légendes du nord
S'approcha suintant de notre vaisseau.
Ses tentacules amenant mes compagnons a la mort
dans sa bouche, garnie de Lophophores et de crocs.

Par le courage nous pûmes nous enfuir,
Voguer longtemps vers la terre, essayant de ne point faiblir.
Nous arrivâmes sur une côte, où nombre de lézard se prélassaient
Les crocs des Poïkilothermes nous attendaient.

Au final, c'est dans la sombre forêt derrière la plage
Que tous trouvèrent le trépas.
Pour résister aux bêtes, nous étions tous trop las.
Amis et compagnons finirent avant leur âge.

Je pus m'enfuir par la mer.
Recueilli par un pécheur.
Ramené en mes terres.
De l'aventure et de la gloire, seule me reste la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Dark Heart
Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11411
Age : 25
Localisation : si tu savais...
Emploi : étudiant
Date d'inscription : 08/08/2007
Points : 8942

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Lun 25 Mai 2009 - 18:58

sachant que Thor ne posera pas son RP, Dark Gurdil posera tu le tien ? si oui fait vite Wink car tu es le dernier ^^

_________________



Fondateur DMU
Gérant MU


‎"Restarting my Mac just to boot into Windows for playing is bothersome, and going from MacOS X to Windows is like going out of your warm, comfortable bed into your cold room just to go to the toilet at night."
Revenir en haut Aller en bas
http://masterofunivers.nightforum.net/
Dark Heart
Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11411
Age : 25
Localisation : si tu savais...
Emploi : étudiant
Date d'inscription : 08/08/2007
Points : 8942

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Sam 30 Mai 2009 - 12:23

up dark !!! ^^

_________________



Fondateur DMU
Gérant MU


‎"Restarting my Mac just to boot into Windows for playing is bothersome, and going from MacOS X to Windows is like going out of your warm, comfortable bed into your cold room just to go to the toilet at night."
Revenir en haut Aller en bas
http://masterofunivers.nightforum.net/
Dark Gurdil
Floodawan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1379
Age : 27
Localisation : Dans une petite ville possédant une équipe de Handball en Division Une...
Emploi : Etudiant...
Date d'inscription : 08/02/2009
Points : 4312

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Dim 31 Mai 2009 - 15:45

Mission d’exploration E-X240b,
ou comment placer deux mots bizarres en quelques lignes (Partie 01).


« Arrivée dans le système imminente Capitaine.
-Oui je sais Trojan, le chronomètre est également sous mes yeux.
-Comme vous voulez, c’est pour éviter que vous ratiez votre entrée dans le système une fois encore.
-Oui bon, hein, c’est bon ! Pas la peine de ramener ça sur le tapis.
-Comme vous voulez, moi je dis, je dis rien. »
Un silence pesant s’installa dans la cabine du vaisseau, entre le Capitaine et l’ordinateur du vaisseau. Un silence boudeur, bouderie du Capitaine vexé d’avoir été rappelé à l’ordre par l’ordinateur de son vaisseau.

Dans le vide interstellaire entourant une quelconque planète de notre bel Univers , un petit vaisseau jaillit de nulle part, réintégrant l’espace conventionnel.
« Scan en cours, annonça la voix synthétique de Trojan. Etat du vaisseau : intact. Contact radar : aucun. Scan terminé : coordonnées WQ 157-S 232-P 4, comme prévu. Planète viable. Présence de dioxygène, de dioxyde de carbone et d’azote en quantité suffisante et supportable pour l’être humain.
-Parfait. Contacte le Quartier-Général. »

Alors que la connexion s’établissait, le Capitaine quitta son siège et passa dans la salle arrière du vaisseau, où il entra dans le cockpit d’un autre vaisseau, un chasseur monoplace aux ailes incurvées. Il vérifia tous les systèmes –armement, communication, bouclier, navigation, propulsion,…- avant de charger plusieurs caisses de matériel dans la soute. Alors qu’il allait charger la dernière, la voix de Trojan retentit à travers les haut-parleurs de la salle.
« Capitaine, la liaison est établie et le Major-Général Ralmut vous attend.
-J’arrive », fit le Capitaine en reposant au sol sa caisse de marchandise.
Il repassa dans le cockpit, où le visage d’un homme portant un bandeau noir sur l’œil gauche se trouvait sur un écran.
« Major-Général, salua le Capitaine.
-Capitaine Hellrick, vous avez trois heures de retard sur le planning. Expliquez-vous.
-Et bien, j’ai rencontré quelques petits … problèmes qui ont retardé mon arrivée.
-Quel genre de problèmes ?
-Du genre « Panne de réveil-mat… », fit Trojan avant que le Capitaine le stoppe en appuyant sur quelques touches.
-Ne faites pas attention à ça, Major-Général, cet ordinateur a parfois tendance à débloquer et à raconter tout un tas de sottises.
-IA défectueuse ? Il faudra penser à changer cela à votre retour de mission, Capitaine.
-Oui, Major-Général.
-Bien.
Et pour ces problèmes ?
-AH, euh, oui… Et bien j’ai eu à faire à des problèmes dans le système de refroidissement de l’hyperespace, donc obligé de le quitter en catastrophe et de réparer. Puis après c’est un des condensateurs de l’antenne de communication qui a lâché, obligé de le changer.
-D’accord. Pensez à consigner cela dans le journal de maintenance, que les mécanos vérifient vos réparations.
-Euh… Oui Major-Général, fit le Capitaine, bien embarrassé par cela .
-Parfait. Lolophore !
-Oiseau galliforme himalayen au plumage métallique, disparu en 2523, répondit le Capitaine.
-Mais c’est pas vrai, il a réponse à tout…
-Je vous l’ai déjà dis, je suis incollable en zoologie terrestre. Fin de transmission. (Le Capitaine pianota sur quelques touches.) Tu peux me dire à quoi tu joue Trojan ? J’ai failli me faire virer à cause de tes conneries, et sans prime en plus !
-Désolé Capitaine, ça a été plus fort que moi… Il y a eut comme une irrésistible impulsion dans mes circuits qui a fait que je n’ai pas pu m’empêcher de parler.
-Mouais… Bah évite cela à l’avenir, sinon je vais être obligé d’effacer vraiment ta mémoire, voir de te remplacer par un autre ordi… Et ça je ne le veux pas… Bref, je te laisse le vaisseau, je vais descendre de suite sur la planète. Profites-en pour trouver comment je pourrai saboter et réparer le système de refroidissement de l’hyperespace et un des condensateurs de l’antenne de communication.
-A vos ordres Capitaine ! »

Ce dernier retourna dans la salle adjacente et finit de charger le matériel. Puis il enfila sa tenue de vol –qui allait lui servir également de tenue d’exploration - et monta dans le cockpit du chasseur. Après une ultime rapide check-list, il enclencha l’expulsion du vaisseau. Une plate-forme l’éleva jusqu’au toit de la salle qui s’ouvrit. Il sortit en douceur du hangar et alluma ses propulseurs principaux avant de mettre le cap sur la planète et le premier des sites qu’il devait visiter.
L’entrée dans l’atmosphère fut d’une perfection atteinte uniquement de manière théorique. Les données recueillies par les senseurs indiquèrent que l’entrée –et par extension l’atmosphère- était en tout point semblable à une entrée quelconque dans l’atmosphère terrestre, même échauffage des boucliers (au Joule près), composition exactement similaire,… A tel point que l’ordinateur du chasseur cru être retourné sur Terre et afficha une carte de celle-ci. Après quelques coups de poing, il comprit que ce n’était pas la Terre et afficha ce que ses senseurs lui transmettaient.
« Pas trop tôt », grogna le Capitaine.

Il se posa sur une vaste plaine verdoyante et agitée par le vent : le Site Alpha. Le Capitaine vérifia la composition de l’air à l’aide des systèmes du vaisseau : viable, tel était le verdict, mais il mit quand même un masque respirateur avant de quitter son chasseur, arme au poing. Il analysa une dernière fois l’air à l’aide d’un appareil spécial et d’un Testeur-Minute© avant de se risquer à retirer son casque et à prendre une bouffée d’air « autochtone »
Après de brèves analyses et une patrouille dans les environs, le Capitaine se mit à installer son campement. Alors qu’il déchargeait les caisses de matériel, une chose le frappa : l’absence de bruits de vie animale. Pas un oiseau ne gazouillait. Pas un animal ne s’était montré, ni fait entendre. Pour avoir exploré une bonne dizaine de planètes comme celle-ci, le Capitaine savait par expérience qu’il y avait toujours eu des bêtes qui s’étaient dévoilés –même si elles avaient été effrayés par l’atterrissage du vaisseau. Cela l’inquiéta grandement, car si la vie n’existait pas sur cette planète, il était dans la merde : soit la vie avait été anéanti par quelque chose de très efficace (et dans ce cas, il risquait d’y passer aussi), soit elle était bien plus évoluée que les Humains (ce qui posait un gros problème également) ou alors elle était encore trop primitive pour former des organismes complet (ce qui posait un problème également au niveau des maladies).

Le campement formait un cercle entouré par un mur d’un mètre et cinquante centimètre de haut, parsemé de tourelles automatiques et possédant une seule porte –le mur était entièrement électrifié. Détecteurs de mouvements, fumigènes et mines étaient répartis à l’extérieur du camp, dans un rayon de cinq mètres autour de celui-ci. La moitié du campement était occupée par le chasseur, la moitié restante étant dévolue à trois tentes : celle pour les analyses, celle pour le matériel et la dernière pour le « confort » -tout relatif- du Capitaine. Celui-ci, trop fatigué pour entamer une exploration, lança l’analyse du sol et de quelques brins d’herbes, avant de s’armer et de sortir patrouiller. La plaine était légèrement vallonnée et, même si le Capitaine s’était posé sur une des plus hautes hauteurs, il y avait certains endroits qui étaient cachés à sa vue, et mieux valait ne prendre aucun risque. Bien qu’il ne soit pas très tard, le ciel s’assombrissait rapidement et un léger vent se leva. Le Capitaine eut alors la désagréable impression d’être observé, épié, depuis il ne savait où par il ne savait qui, et que cette personne –ou chose- se riait de lui. Il écourta sa patrouille, rentrant à grands pas à son campement, jusqu’à ce qu’il se rende compte que le vent qui soufflait n’agitait pas l’herbe de la plaine. Il médita sur ce phénomène quelques instants, touchant l’herbe de la main et soufflant dessus afin de vérifier qu’elle était bien soumise aux mêmes lois de la physique que nous.
Un cri aigu à vous glacer le sang résonna longuement dans la plaine, faisant se redresser et dégainer le Capitaine, tout ça dans un même mouvement fluide . Deux minutes passèrent sans qu’aucun autre signe de présence d’une créature ne se fasse entendre. Puis une rumeur vint de l’est, bruissement de l’herbe et martelage de la terre. Le Capitaine, sentant le sol vibrer sous ses pieds et apercevant au loin la taille de l’herbe qui se couchait à chaque tremblement, préféra effectuer un repli stratégique sur son campement, où il pourrait observer autant qu’il voudrait la chose invisible qui le poursuivait. Il couru comme il n’avait jamais couru, pendant ce qui lui sembla être des heures. Ses jambes se firent lourdes, sa respiration haletante, son cœur lui faisait mal à chaque battement, tellement celui-ci battait fort, affolé par les cris stridents de ce qui le pourchassait. Quand il arriva enfin en vue de la porte du camp. Il rentra précipitamment et -sans prendre le temps de se reposer- alluma tout les systèmes de défense et alla chercher sa plus grosse arme (en l’occurrence : un mini-canon). Il sortit de l’armurerie, prêt à en découdre avec ce qui allait arriver.

Rien. Absolument rien n‘arriva au camp, le vent était tombé, les cris avaient cessé, le jour avait retrouvé sa clarté, aucune créature, aucune énergie de quelque sorte que ce soit n’était visible par les détecteurs, même ceux à longue portée. Il alla visionner les bandes des caméras de surveillance postées à l’extérieur du camp et se vit courir comme un dément, alors que rien ne se passait derrière lui. Aucune trace de la noirceur qui avait envahie le ciel, aucun cri n’était perceptible, rien n’était apparent… Le Capitaine se rendit aussitôt dans la « Tente des Analyses », où il effectua un bilan toxicologique : aucunes traces de produits étrangers quel qu’ils soient, juste un taux d’adrénaline anormalement élevé –normal en même temps. Ce qu’était cette hallucination, le Capitaine n’en savait rien, mais il n’avait plus la force de réfléchir à cela. Il prit un frugal repas, composé d’une ration de combat dégueulasse , puis alla se coucher. Nul besoin de vous dire qu’il sombra dans le sommeil, comme une pierre lancée dans un lac…


Dernière édition par Dark Gurdil le Dim 31 Mai 2009 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dark Gurdil
Floodawan
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1379
Age : 27
Localisation : Dans une petite ville possédant une équipe de Handball en Division Une...
Emploi : Etudiant...
Date d'inscription : 08/02/2009
Points : 4312

MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   Dim 31 Mai 2009 - 15:46

Mission d’exploration E-X240b,
ou comment placer deux mots bizarres en quelques lignes (Partie 02).


Plus tard, dans la nuit…

Le Capitaine se réveilla en sursaut, le cœur battant la chamade et l’estomac retourné. Il rendit son repas sur le sol de la tente, avant de prendre conscience que son buste pendait lamentablement sur le côté du lit, et que ses bras trempaient presque les restes de la ration de combat. Le sang cognait violement à ses oreilles et il se sentait comme un lendemain de cuite : très mal. Il se leva pour aller prendre de quoi calmer son malaise et dormir pour le reste de la nuit. Mais quand il ouvrit la porte de l’armoire à pharmacie, un spectre humanoïde grimaçant en sortit, en poussant un gloussement démoniaque. Bien que ne l’ayant aperçu que quelques fugaces instants, ses traits restèrent gravés à tout jamais dans la mémoire du Capitaine.
Par réflexe, celui-ci se jeta en arrière, mais rata sa réception : son pied glissa et sa tête vint violement heurter le rebord de son lit.

Le Capitaine rouvrit les yeux et, bien que sa « gueule de bois » soit passée, il avait à présent un terrible mal de tête, en plus de violents élancements à l’arrière du crâne. Il tâtonna au niveau de la douleur et y trouva une énorme bosse, ainsi qu’une plaie de taille moyenne –et par la même occasion une bonne dose de sang séché dans les cheveux. Il se fit une injection d’hématomase , appliqua un produit sur la plaie, prit quelque chose pour son mal de crâne et se recoucha. Quand les douleurs se clamèrent, le Capitaine essaya de comprendre ce qui s’était passé tout à l’heure, d’où sortait le spectre, pourquoi il avait eu cette hallucination tout à l’heure. Mais il s’interrompit rapidement, à l’extérieur se faisait entendre des rumeurs de voix, de cri, de mouvements,… S’habillant en quatrième vitesse, il s’arma lourdement et sortit de sa tente pour y trouver… absolument rien encore une fois. Le silence complet régnait, pas la moindre trace d’activité quelconque. L4air était glacé, moite. Le Capitaine fit le tour du camp et ne vit rien.
« Mais qu’est-ce-qu’il m’arrive… », murmura-t-il.

Il décida de remonter immédiatement à bord du vaisseau en orbite, afin de pouvoir faire un examen total et approfondi. Alors qu’il allait grimper sur la carlingue du chasseur, le Spectre grimaçant refit son apparition, jaillissant comme une flèche de l’aile droite et traversant le corps du Capitaine cette fois. Chaud, froid, douloureux, agréable, électrique,… Telles furent les sensations qui submergèrent l’Humain quand il fut traversé. Il tomba lourdement sur le sol en poussant une plainte déchirante, paralysé.
Les ricanements du Spectre raisonnaient dans le silence de la nuit, des ricanements qui se multiplièrent, lancés par de multiples gorges. Quand le Capitaine récupéra le contrôle de son corps, il se releva avec peine et se vit cerner par une vingtaine de spectres, tous plus hideux les uns que les autres.
Ils le regardèrent en ricanant pendant plusieurs minutes, temps que le Capitaine mit à profit pour armer discrètement son fusil laser. Alors quand un des spectres lui fonça dessus à toute vitesse, le capitaine lui expédia une salve assez puissante pour terrasser facilement la plus robuste des baleines. Le tir traversa le spectre sans lui causer aucun dommage, mais cela le fit stopper net. Les ricanements cessèrent brusquement, et le Capitaine se dit qu’il venait peut-être de faire une grosse connerie. Sentiment qui se confirma quand une lueur rouge assassine s’alluma dans les yeux des spectres et que ceux-ci se mirent à foncer sur le Capitaine en poussant des hurlements à faire dresser les cheveux d’un sourd, toutes griffes dehors et la bave aux lèvres. L’Humain laissa tomber son fusil et dégaina sa hache et son épée et se prépara à recevoir l’assaut spectral.
Curieusement, les armes énergétiques semblaient infliger quelques dommages aux spectres, puisque nombre d’entre eux disparurent dans la nuit en poussant des meuglements de douleur après avoir été touché par une des armes de l’Humain. Le Capitaine se retrouva lui aussi blessé de partout, mais les griffes des spectres n’infligeaient pas de blessures conventionnelles. Elles ne causaient aucuns dommages extérieurs mais paralysaient temporairement et affaiblissaient les zones touchées. Il se retrouva bientôt avec un tiers du corps engourdi et diminué, bien qu’il arrive à bouger comme avant sans grand effort.

Il était en train de courir dans la plaine comme si les fouets de l’enfer étaient à ses trousses. Ce qui était le cas en somme. Bien qu’il ne sache pas comment il était arrivé ici, ni où ce « ici » était, il savait qu’il ne devait pas s’arrêter, pour quelques raisons que se soit. Derrière lui était en mouvement une véritable armée : l’horizon était rougeoyant, caché par une épaisse fumée, de gigantesques formes indistinctes étaient visible à travers cette brouillard, la terre tremblait, des cris en tous genres retentissaient-des cris terrifiant, des rires démoniaques-, qui terrorisaient le Capitaine, faisant battre son cœur à toute vitesse, mais qui lui donnait la volonté de continuer à courir malgré son épuisement. Au bout d’un long moment, il aperçu une forêt qui semblait sûre… de loin. Après les arbres aux lueurs fantomatiques et aux allures de squelettes, vinrent les dépouilles squelettiques de créatures fixées entre quatre branches par des toiles d’araignées gluantes et rouge foncée –souvenir du sang versé. Les squelettes étaient rongés jusqu’à l’os, avaient parfois des os brisés où on pouvait voir que la moelle avait été aspiré. La tête des squelettes était par contre intacte, fixée un peu plus haut sur la toile d’araignée, figée dans une expression de douleur.
La forêt se mit à trembler sous le passage des spectres, qui se mirent à sortir des arbres, des pierres voir des squelettes même. Cela acheva le courage du Capitaine, qui jeta ses armes et se mit à courir de manière aléatoire dans la forêt, allant là où il ne voyait pas de spectres. Ceux-ci continuèrent de le harceler, lui causant mille blessures, jusqu’à ce qu’un des spectres traverse la jambe gauche, la paralysant complètement, alors qu’il allait s’appuyer dessus. Il tomba lourdement sur le sol et, emporté par son élan, roula sur deux bons mètres. Il bascula alors dans le vide, d’une falaise qu’il n’avait pas vue et depuis laquelle il serait tombé de toute façon. Sa plainte déchirante continua à raisonner longtemps après l’impact…


Quelques temps plus tard, sur une autre planète…

Un vaisseau se posa sans bruit sur une plateforme et quatre hommes portant une boite rectangulaire en sortirent. Ils s’arrêtèrent devant un autre homme et ouvrirent le cercueil, dévoilant le corps du Capitaine.
« De quoi est-il mort ?
-Les premières observations indiquent un taux anormal d’adrénaline dans son sang. De plus nous l’avons trouvé totalement crispé, ce qui n’a pas été sans souci pour le mettre dans son cercueil. Enfin son visage présente les signes caractéristiques de terreur, ce qui nous fait penser qu’il est mort de peur.
-Pardon ? Mort de peur dites-vous ? Où l’avez-vous trouvé ?
-Allongé dans son lit.
-Ah… Etrange… Emmenez-le à la morgue, le toubib est prêt pour faire son autopsie. (Les hommes refermèrent le cercueil.) C’est dommage, j’avais un nouveau mot à lui soumettre, un mot qu’il n’aurait pas trouvé.
-Lequel ?
-Poïkilotherme. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tournoi de RP 4ème round   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tournoi de RP 4ème round
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4ème : Avis sur un contrôle de lecture
» Liste d'oeuvres pour les niveaux 4ème et 3ème
» Evaluation sur le discours explicatif (4ème)
» Fantastique 4ème, vous connaissez ce recueil?
» [4ème] textes de satire ou critique sociale du XVIIIè

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master of Univers :: Role Play et littératures-
Sauter vers: